Si vous êtes déjà venu à Rio, vous n'avez pas pu échapper aux vendeurs ambulants qui beuglent leurs produits à vendre sur la plage et qui vous ensablent dès qu'ils passent à côté de votre canga.
Ils sont nombreux et vendent de tout (ça change selon les saisons) : du maté (mate, en VB) glacé, des empadinhas, des boissons variées, des brochettes qu'ils cuisent devant vous (de fromage ou de crevettes), de la crème solaire, des cangas et des chapeaux, des tatouages au henné, et tout un tas d'autres choses, bref, votre séjour à la plage sera mouvementé par le cris typique des vendeurs ambulants.

Alors, comment, pour ceux qui vendent de la nourriture, les conditons d'hygiène sont-elles respectées ? Si vous voulez, c'est un peu quand vous allez manger un kebab dans un grec parisien (carrément internationale cette phrase) : vaut mieux ne pas penser à la date de péremption et ses éventuelles salmonelles.
Certains vendeurs sont acrédités, ils sont habillés avec le logo de leur entreprise, donc aucun soucis sur la qualité proposée. Les autres c'est souvent du fait-maison ou alors c'est une micro PME à la brésilienne, cad, allez savoir d'ou ça vient et qui met la main à la pâte, mais au moins on voit qui vend.
Mais, rassurez-vous ! Maintenant, ça va changer.
Notre préfet favori, qui apparement n'a pas grand chose à faire en ce moment, vient de faire acréditer les moitié des vendeurs de maté/biscuits Globo de Rio. En 2009 il avait tenté de faire interdire la circulation de ce type de vente sous pretexte de doutes (assez fondés dois-je dire) sur l'hygiène des barriques de fer-blanc qui transportent dans l'une le maté, l'autre la limonade.400px-VendedorMate
 
Mais ça a fait un tel tolé auprès de la communauté carioca fréquenteurs de plages, qu'il a vite abandonné l'idée. Du coup, 2012 est devenue l'année de déclarer ces vendeurs "Patrimoine Culturel et Imatériel de la Ville" et de leur faire participer d'un concours du "meilleur cri de plage". Véridique. Parce que apparement le préfet, il ne passe pas ses week-end à la plage, et il ne sait pas comment c'est désagréable d'entendre beugler les gens. 1 vendeur, ok, 2 vendeurs, ok, 3 ça va encore. Mais quand il y en a 7 autour de vous en train de hurler "empadinhaaaaassss !!!!! empadinhas caseiiiraaaaaasss !!!!" "espetinho, olha aí o espetinho!! frango, carne, camarãããããããooooooo!!" "geladaaaaa!!! olha cerveja gelaaaadaaaa!!! guaraná geladooooo!!! olha o guaraná geladooooo!!!!" ça devient vite relou.

Mais bref, au moins maintenant ces vendeurs sont acrédités, ce qui veut dire qu'il y aura plus de contrôles sur la qualité des boissons et l'hygiène des barriques.
Et plus de cris, alors n'oubliez pas les boules Quiès©.

Un petit conseil pour la route vers la carioque-attitude : le maté à Rio se boit glacé et mélangé avec de la limonade ultra-sucrée. Le vendeur transporte 2 barriques de chaque côté. Il vous tend un gobelet en plastique (que vous jeterez par la suite dans les jolies bennes oranges), verse le maté et attend que vous ayez dit "tá ótimo" (ça suffit). Puis il verse le contenu de la seconde barrique (la limonade) jusqu'au bord du gobelet. A vous de décider de la quantité de chaque boisson ou même si vous voulez le mélange. Si vous demandez, vous pouvez même gôuter un peu le maté avant d'accepter l'achat (demandez "deixe eu provar?" (je peux goûter ?)--> le "x" en VB se prononce "ch")biscoito globo

 

(Source : Globo.com)