Qu'est ce que ça veut dire ? Eh bien, de nos jours, plus grand chose.

Avec l'arrivée des J.O, des diverses Coupes de foot (du Monde et des Confédérations), la sécurité à Rio s'est nettement renforcée.
En plus, depuis 2009, il y a la fameuse action UPP (Unité de Police Pacificatrice), qui va dans les favelas, fait fuir les trafiquants (ils disent qu'ils fuient, mais la plupart sont en réalité tués), en attrapent certains, et remettent à "neuf" la communauté : tous les systèmes électriques (qui étaient installés illégalement), les systèmes d'égouts (quasi-inexistants), sont mis en place le ramassage quotidien d'ordures (avant, c'était une fois par semaine, voire jamais dans certains endroits trop éloignés et/ou dangereux de la favela), bref, essayer de donner un peu de classe a ces communautés trop longtemps delaissées.

Alors, comment ça commence cette épopée UPP ? D'abord, on a la force d'élite BOPE (Bataillon des Opérations Spéciales de Police), des militaires pas rigolos habillé en noir, armés jusqu'aux dents, qui conduisent des chars d'assaut et dont le symbole est un crâne traversé d'un poignard avec deux flingues en fond. Eux ils ont pour mission de pénetrer dans la favela et d'attraper les trafiquants. Ensuite, vient la PM (Police Militaire) qui va remettre de l'ordre et finit toujours par installer un petit poste de police à l'entrée de la communauté. Ils patrouillent régulièrement les rues, et s'assurent que tout se passe conformément aux lois (ou presque, soyons hônnetes).

Alors, il ne faut pas croire non plus que c'est tout rose Rio et que vous pouvez vous y ballader comme si vous étiez dans un jardin anglais au printemps.
Malgré les nombreuses améliorations au niveau ordre public, vous êtes dans un pays pauvre. Donc évitez de montrer que vous êtes un touriste riche logotypé Apple©.
Comme dans n'importe quelle autre ville du monde, évitez les rues desertes (ne pensez même pas à aller au Centre-ville le dimanche, c'est un paysage quasi-lunaire), les endroits ou il n'y a pas beaucoup de monde, et si jamais vous commencez à flipper, prenez un taxi.

La plage est plutôt tranquille, la PM et la Guarde Municipale se baladent toute la journée à la recherche de quelqu'un à appréhender ou à inspecter. Mais évitez-la (la plage) le soir, quand il y a peu de monde, préferez le trottoir au lieu du sable et restez dans les endroits illuminés.

Quand vous sortez, ayez toujours sur vous R$20 au minimum, ça vous servira en cas de galère pour prendre un taxi, ou sinon (et je ne vous le souhaite pas), en cas de vol à main armée. Mais si vous respectez le fait que vous cotoyez des gens plus pauvres que vous, il ne vous arrivera rien.
En 2 ans de Rio, je n'ai jamais eu d'ennui, ni été volée alors que je sors tout le temps avec mon appareil photo, mon Ipod, de l'argent et ma CB. Mon téléphone portable est tellement pourri que ça serait un cadeau si on me le volait.

Gardez à l'esprit que tout peut arriver, comme rien du tout, et qu'il vaut mieux que vous perdiez ou vous vous fassiez voler plutôt qu'il ne vous arrive des bricoles.

Il faut aussi respecter les quartiers ou vous êtes, et attention, ce n'est pas parce que vous êtes dans un quartier riche qu'il y a moins de danger, au contraire.

Quels endroits éviter à Rio ?

  • si vous logez vers Ipanema ou Leblon, sachez que les habitants de rue savent aussi bien que vous que l'ISF là-bas est en vigueur. Quoiqu'il arrive, quelle que soit l'envie que vous ayez, ne vous balladez jamais au Jardim de Alah (division entre les 2 quartiers). Non seulement ça craint, mais en plus ça sent mauvais à cause du canal qui sert d'égout et qui partage le jardin. Et puis il n'y a rien à voir, c'est juste de l'herbe, des sentiers de graviers et des arbres. Par contre, passer à côté ou dessus, c'est ok.
  • les tunels : il y en a 2 principaux qui relient Copacabana à Botafogo, le túnel Velho et le túnel Novo. Moi je traverse parfois le Novo (qui donne sur Copacabana/Leme) à pied, mais je vérifie toujours le mouvement à l'intérieur et je ne m'y attarde pas. Et ça fait flipper ma mère que je fasse ça.
  • n'importe quel quartier de Rio la nuit. Vous êtes touristes, vous êtes là pour vous amuser, alors à moins que vous ne soyez avec un natif, prenez un taxi. Ils ne sont pas trop chers et on se sent plus en sécurité. Par contre, tentez d'en chopper un d'une compagnie de taxi. Les noms sont écrits sur la partie arrière de la voiture, sur la bande bleue. Et vérifiez que le taximètre soit allumé.
  • n'importe quelle rue ou endroit ou vous ne vous sentez pas à l'aise. Faites confiance à votre instinct.

Quels endroits sont sûrs ?

  • en journée, à peu près tous. Gardez tout de même un oeil sur vos affaires, mais à partir du moment ou vous faites un tour d'horizon sur ce qui se passe autour de vous et que rien ne vous inquiète, ça devrait aller. Les mendiants dorment souvent la journée (la plupart se droguent alors ils restent dans les vaps la moitié du temps), mais évitez de passer à côté des groupes. Ne soyez pas complètement parano non plus, les tigres ne tombent pas des arbres par ici.

Et les favelas dans tout ça ? Sûr ou non ?
Sincèrement, je ne vois pas ce que vous feriez dans une favela à moins d'y être invité par l'un de ses habitants ou pour aller à un fête ou encore (comme moi), travailler pour une ONG. Je ne vois pas ce qu'il y a de sensationel à aller voir des gens pauvres qui vivent dans des conditions encore moyenageuses tout ça juste pour dire a ses copains après "moi je suis allé dans une favela ! j'suis trop un mec moi !". C'est bouffon.
Mais bon, chacun son délire. Les touristes vont pas mal à Vidigal et j'avais moi-même recommandé un bar très chouette à Chapéu Mangueira. Je sais que des français se sont installés à Pavão/Pavãozinho et ont ouvert une auberge de jeunesse, et que c'est tranquille d'après eux. Quand à la plus fameuse des fameuses, Rocinha, elle vient tout juste d'être pacifiée et apparement pas très correctement. Si ça vous intéresse beaucoup de guides font des visites là-bas, il vaut mieux donc y aller avec eux.
Les favelas de la zone Nord, oubliez. Mis à part pour aller dans les gymnases des écoles de samba (comme celles de Mangueira ou Tijuca), ce n'est pas un musée. Ce sont des quartiers (chaque favela peut aller de la taille d'un pâté de maison à 5 ou 6 quartiers différents) ou les gens vivent, travaillent et ils ont tous un passé et une réalité que nous autres, pauvres riches, ne connaissont pas. Donc, encore une fois, à moins que vous n'y soyez invité par quelqu'un qui habite l'une des ces communautés, n'y allez pas.

Encore un dernier point qui va plaire à beaucoup d'entre vous : Lapa. Ce quartier bohême devient de plus en plus tranquille. Je dirais même plus la nuit que le jour, car c'est tellement blindé de gens et de PM que rien ne se passe sans que personne ne s'en apperçoive.

J'espère qu'avec cette mis au point j'ai pu répondre à quelques questions essentielles quand on part dans un pays étranger.
Conclusion : profitez de votre voyage, sans paranoïa mais avec un chouïlla de vigilance. Ca ne fait de mal à personne.