Je devrais peut-être même dire brésilienne, mais comme je ne sais pas exactement comment c'est ailleurs qu'a Rio, je préfère réduire à uniquement cet exemple.

C'est une copine qui m'a fait penser à écrire ce post. Elle se plaignait (avec raison) du manque de politesse des parisiens.
Le carioca est adorable. J'avais déjà signalé dans ce post a quel point il peut être serviable, mais limite porcin dans sa fange. Et bien, rajoutons une couche par-dessus tout ça : les 3 mots de politesses universels, c'est un language extra-terrestre à Rio.

Bon, ok, j'y vais un peu fort. Disons que 45% de la population n'est pas habituée a dire "bonjour". J'aurais bien dit 60%, mais je pense que les lecteurs brésiliens de ce blog ne seront pas d'accord, alors, whatever.

J'ignore d'ou ce manque de politesse vient, pour ma part j'ai l'impression que c'est presque devenu polit d'être malpolit. Je m'explique : avant, je rentrait quelque part, et ma bonne éducation européenne prenait les devant en lançant un "bonjour !" bien vibrant d'enthousiasme. Et le silence me répondait. Je ne vous raconte pas pour les merci et s'il-vous-plaît suivants. Du coup aujourd'hui, je me surprend à ne pas toujours saluer les gens (surtout les voisins qui vous regardent comme si vous étiez en train de leur dire que vous êtes le coupable pour les détritus dans leur jardin), ni a remercier. Je me sens méga-impolie et j'entend à chaque coup la voix de mon grand-père qui disait "la seule chose gratuite dans ce monde, c'est la politesse". Certes, papy, mais on voit bien que t'es pas en ce moment même en train de te prendre un jet glacial de vent sibérien dans la face.

En plus j'ai un soucis (en tout cas ça le devient ici), je dis au minimum "svp" 15 fois de suite. Ce qui me vaut un coup de coude de la part de ma mère genre "arrête de dire ça tout le temps !". Ne pas utiliser les termes basiques de politesse me prend alors un temps fou à gérer, et je me sens genéralement assez mal, jusqu'a ce que je m'apperçoive que mon interlocuteur ne s'est pas plus émut que ça.

Donc, chers parisiens, à Rio, finit la boulangère aigrie qui vous dit "et alors ? on n'dit pas bonjour ?", ni personne qui vous parle du mot magique (que je hais cette expression...), FI-NIT !!

Bienvenue à Rio.

PS: je suis parisienne, au cas ou vous vous posiez la question.