Je commence par raconter l'histoire du quartier de Botafogo, tout simplement parce que c'est là que j'habite et que c'est un quartier que j'ai toujours aimé.

C'est également l'un des plus anciens (avec le Centro), peuplé bien avant que l'accès à Copacabana soit dégagé (entre Botafogo, qui se trouve dans la Baie de Guanabará et Copacabana, il y a une montagne. Il fallu attendre la fin du XIXème siècle pour qu'un tunnel y soit creusé).

Lorsqu'en 1565 les Portuguais revinrent à São Sebastião do Rio de Janeiro, ils s'installèrent là ou on trouve aujourd'hui le Centro. C'est pour cette raison que c'est là-bas que l'on trouve les bâtiments historiques.

Pour pouvoir alimenter tous les colons qui arrivaient d'Europe, les Portuguais utilisèrent le terrain de l'actuel quartier de Botafogo comme champs pour les plantations. Le terrain appartenait à Antônio Francisco Velho, cadeau de la part d'Estácio de Sá afin de le remercier pour son aide lors des travaux de délimitations de la ville.

Mais c'est en 1590 que le quartier commença à être officieusement baptisé de Botafogo, lorsque Francisco Velho, poussé par la Couronne Portuguaise, vendit ses terrains à João de Souza "Botafogo" Pereira, en guise de récompense pour avoir combatut les Français et les Indiens Tupis. "Botafogo" était le Chef d'artillerie du galion portuguais, le São João Baptista, surnommé le "Bota-fogo", car, avec ses 366 canons, il était le plus puissant de son époque ("Bota-fogo" signifie littéralement "mettre le feu").
A cette période, l'actuelle Enseada de Botafogo (l'Anse de Botafogo), était connue aussi bien sous ce nom-la, que comme Praia de João de Souza.

Lorsque la famille Royale Portuguaise s'installa à Rio en 1808, Botafogo fut tranformée de grenier du Centro en quartier prisé par les familles nobles et les commerçants anglais. L'espace qu'offrait Botafogo était propice à la construction de grandes maisons, et dès 1850 l'urbanisation commença. Seulement 5 rues existaient à ce moment là, mais elles servirent d'axe principal entre les quartiers de Flamengo-Centro, Copacabana et la Lagoa Sacopenapã (future Rodrigo de Freitas, le grand lac semi-artificiel à l'Ouest de Botafogo) : Praia de Botafogo, et les rues Caminho de Copacabana (aujourd'hui "rua da Passagem"), Voluntários da Pátria, São Clemente (d'après le nom du propriétaire terrien Clemente Martins de Matos, mort en 1702) et General Polidoro.

Du côté de la rua São Clemente, s'étaient établi les exploitants de café, et à Voluntários, les commerces. C'est entre-autres pour cela qu'aujourd'hui, de la rua São Clemente vers le Nord, on peut encore retrouver des rues plus petites et charmantes, avec des maisons de type coloniales d'un ou deux étages, et de la rue Voluntários vers le Sud, les bâtiments sont plus modernes (quoique vétustes aujourd'hui), et plus de petits commerces. Ces deux rues sont les deux axes principaux de Botafogo : la rue São Clemente part de la Praia de Botafogo et remonte jusqu'au quartier Humaita, et la rua Voluntários fait le chemin inverse.

Lorsque le Gouvernement était encore installé à Rio, juste avant de migrer pour Brasilia, les Ambassades de certains pays se trouvaient à Botafogo. Depuis, les luxueuses villas ont étés vendues ou louées, mais sont encore visibles de la rua São Clemente à travers leurs grilles. Le Palácio da Cidade, a par exemple, abrité l'Ambassade du Royaume-Uni et en 1975, l'établissement a été racheté par l'Etat de Rio pour y installer sa Préfecture.

Botafogo est également le seul quartier de la Zone Sud qui possède un cimetière, un peu genre le Père-Lachaise il est énorme et pas mal de gens célèbres y sont enterrés (Santos Dumont, Tom Jobim, Villa-Lobos, Machado de Assis, Carmem Miranda, entre-autres).

Botafogo est un quartier populaire (populaire semi-riche, certes, le prix des loyer a doublé, voire triplé les dernières années), les rues ne sont pas à leur première jeunesse (ni les égouts qui se bouchent dès qu'il pleut, ou les trappes d'éléctricité qui explosent quand il fait trop chaud), plusieures maisons sont délabrées voire abandonnées, et c'est certain qu'avec tout ça, ce n'est pas le quartier le plus touristique de Rio, mais c'est un quartier tranquille, habité par d'honnêtes travailleurs, possédant une ambiance agréable, pleins de petites rues bordées d'arbres et de bars ouverts le soir (je recommande fermement le Baixo Botafogo !), coincé entre le Corcovado et le Pain de Sucre, jouissant d'une vue magnifique sur la Baia de Guanabara, bref, j'adore cet endroit.

A voir :

- Museu Villa-Lobos
- Museu do Indio
- Palácio da Cidade
- Casa Rui Barbosa
- le Botafogo FC

Ou manger/boire un verre :

a venir

Banques utiles :

- Citi Bank : rua Voluntários da Pátria, 286
- HSBC : rua Voluntários da Pátria, 254

Centres Commerciaux :

- Rio Sul : rua Lauro Müller, 116
- Praia Shopping : Praia de Botafogo, 400

P1040630-1P1040628-1