S'il y a bien une image qui définit Rio, c'est son statut de ville carte-postale avec sa montagne Corcovado et le Christ perché dessus.
Corcovado signifie tout simplement "bossu". Ce nom a été donné par les portuguais au XVIIème siècle, car avant il avait été nommé le Mont de la Tentation, en référence à un mont biblique.
C'est une montagne de granit, d'une hauteur de 710 mètres, planté au milieu de la forêt de la Tijuca, en plein coeur de Rio. De ce pic, on voit facilement l'océan, les plages de Ipanema et Leblon (celle de Copacabana est cachée par une montagne), toute la zone Nord et le Maracanã, le Pain de Sucre, le lac Rodrigo de Freitas, et surtout, la Baie de Guanabara.

C'est vers cette vue, la baie, que le Christ Redempteur ouvre ses bras, pour accueillir ses visiteurs, qui, au temps des premières caravelles portuguaises, arrivaient par ce bras de mer que les colons croyaient être une rivière (voir le billet sur l'histoire de Rio) descendant jusqu'a l'océan.
L'idée d'utiliser le Corcovado en tant que point de vue à image catholique a été suggéré pour la première fois en 1859 par Pedro Maria Boss, un père lazariste, proche de la Princesse Isabelle du Brésil. Mais à cause du climat politique (la proclamation de la République en 1889), ce projet ne vut le jour qu'à partir de 1921, lors du projet de commémoration du centenaire de la proclamation de l'Indépendance, un an plus tard. L'Eglise catholique voulait à ce moment là, renforcer son influence, et proposa l'idée vieille de 70 ans de Pedro Maria Boss, de construire un monument catholique.

cristo_02

La première pierre fut posée le 4 avril 1922, mais le projet ne débuta réellement qu'en 1926, car les dons, provenant essentiellement de la part de donateurs catholiques, arrivent au compte-goutte et empêchaient la mise en place d'un budget prévisionnel.

Lorsque les fonds commencèrent à arriver, le projet fut confié à l'ingénieur brésilien Heitor da Silva Costa qui décida de s'associer à un français, le sculpteur Paul Landowski. Un autre français, l'ingénieur Albert Caquot, prend part au projet en remplaçant la structure métallique prévue, par une en béton armé. Carlos Oswald, artiste brésilien, est en charge du dessin de la maquette. Paul Landowski lui s'occupe de façonner le visage et les bras et mains du Christ.

Lorsque vient la question du revêtement final du Christ, un problème se pose. Comment bien choisir un matériau pouvant supporter de très fortes températures mais également être résistant aux pluies et aux vents, et sans être conducteur électrique ? C'est à quelques kilomètres de Rio que se trouve la solution. Dans la ville de Carandaí, à Minas Gerais, il existe des carrières de stéatite, plus communément appellée "pierre à savon". Cette pierre a non seulement l'avantage d'être très facile à sculpter mais en plus elle résiste aussi bien aux chocs qu'aux températures extrêmes. Elle fut découpée en petits triangles puis disposés sur la structure créée par Albert Caquot.

Quand les plans ont étés finalisés, le matériau principal et la localisation trouvés, les travaux de construction de la future figure chrétienne ont débuté. Le 12 octobre 1931, le Christ était fini et inauguré en grandes pompes en présence de Gétúlio Vargas, chef du gouvernement provisoire, et du Cardinal de Rio, Monseigneur Sebastião Leme.

La statue mesure 38 mètres de haut, dont 8 de piedéstal. L'envergure entre ses deux mains est de 28 mètres et sa tête mesure 3,75m.
En 1973, le Christ Redempteur (Cristo Redentor), est classé monument historique de la ville. Depuis 1980, il fut rénové deux fois et l'illumination a aujourd'hui prit des airs discos et écolos avec l'utilisation de LEDs de couleurs qui sont au nombre de 16 contre les anciens 44 projecteurs et sont composées de filtres anti-ultraviolets et anti-infrarouges.

Aujourd'hui, environ 1,5 millions de visiteurs profitent de la vue étourdissante qu'offre le Corcovado.

Pour savoir comment visiter le Christ dans les meilleures conditions, allez sur la page Le Corcovado, comment y accéder ?.

 cristo_03

(Sources : Projeto Cristo Redentor)