Parfois, dans mon métier, on se retrouve dans des situations qu'on aurait préferé éviter, oublier, voire carrément être en lévitation. Je suis comédienne, et sincèrement, ce n'est pas facile tous les jours.

Par exemple : ici à Rio, je fait partie d'une compagnie de théâtre, pas du tout, du tout professionelle. A tel point qu'on m'a regardé avec des yeux ronds éberlués lorsque j'ai annoncé que c'était vraiment mon job depuis presque 7 ans.

Mais le must, c'est quand un cucaracha (terme péjoratif utilisé au Brésil pour désigner tout ce qui est d'Amérique Latine, mais ne parlant pas le portugais. C'est-à-dire : tous les voisins. Je sais, c'est mal) a commencé a m'expliquer très gentillement que mon expression faciale était excellente, qu'il y avait vu beaucoup d'émotions, mais qu'au niveau voix, ce n'était pas top (nous étions en lecture... avec un public de 4 personnes...) et qu'il fallait que je travaille cette partie. J'ai été élevée en France, je suis donc très polie, et j'attend patiemment que mon interlocuteur finisse sa phrase. Et ce n'est que quand il avait fini de m'expliquer mon métier, qu'un jeune homme s'est pointé et lui a dit "hey mec ! pas besoin de lui expliquer tout ça, elle est comédienne !".

Mon regard a une fois de plus été très expressif : Eh oui. Mais, merci pour tes précieux conseils Monsieur, j'essaierai de m'en souvenir.